Dernièrement…

🏆 #Amoéba remporte l’Innovation Award
A l’occasion de la 3ème édition du #symposium @PBioprotech, les équipes d’Amoéba ont eu le plaisir de voir leur travail récompensé ! Un grand merci au jury pour avoir choisi notre #innovation #biocontrôle parmi les 11 candidats !

#Amoéba au @PBioprotech de Reims 🌱
Du 28 au 30 juin, notre directrice #scientifique Sandrine Demanèche représentera #Amoéba au Plant BioProTech à Reims, et y présentera notre #innovation #biocontrôle devant plus de 300 intervenants de la communauté #scientifique.

📣 Communiqué de Presse : https://bit.ly/3NOLUON
#Amoéba annonce l’émission de la cinquième tranche de 60 obligations convertibles en actions (#OCA) dans le cadre de son financement obligataire avec programme d’intéressement conclu avec @niceandgreen_sa.

🌧 Suite aux violents épisodes #orageux et #grêleux de ce week end de la Pentecôte dans plus de 65 #départements, #Amoéba souhaite exprimer son soutien à tous les #agriculteurs dont les cultures ont été endommagées.

Micro-organisme novateur

Willaertia magna C2c Maky

Fiche d'identité

  • Nom commun

    Willaertia magna C2c Maky

  • Genre

    Willaertia

  • Espèce

    Willaertia magna

  • Première description réalisée

    Jonckheere et al. en 1984

  • Souche

    W. magna C2c Maky (forme sauvage)

  • Origine

    Eaux thermales d'Aix-Les-Bains

Un micro-organisme d'origine hydrique

 

Découverte dans les eaux thermales d’Aix-Les-Bains (France) en 1998 par le professeur Pernin, cette amibe est un prédateur naturel de micro-organismes d’origine hydrique (dont les bactéries pathogènes opportunistes telles que : Legionella, Pseudomonas, Listeria, Klebsiella, etc…).

 

Amoéba a démontré un effet biocide de Willaertia magna C2c Maky sur plus de 50 souches différentes à ce jour.

 

Sa particularité

Non permissive

Les amibes puisent la base de leur propriété biocide dans leur mode de vie : elles utilisent la phagocytose pour se nourrir, un mécanisme permettant aux cellules d’internaliser et de digérer des particules et des micro-organismes. Cependant, il existe un groupe de bactéries appelées ARB, pour Amoeba Resistant Bacteria comme les légionelles, capables de détourner la machinerie cellulaire des amibes et de s’en servir pour se multiplier à l’intérieur de leurs vésicules. On dit alors que ces amibes sont permissives. La souche Willaertia magna C2c Maky se comporte très différemment, elle n’est pas permissive et elle empêche les bactéries internalisées de se multiplier. Cette propriété est justement à l’origine de la robustesse et de l’efficacité de son effet biocide.

 

Régulatrice

Willaertia magna C2c Maky est également capable d’internaliser et d’éliminer par phagocytose des vecteurs de la Legionella pneumophila, telles que les amibes libres permissives. En effet, cette capacité de Willaertia magna C2c Maky d’internaliser et d’éliminer d’autres amibes libres, a été démontrée à la fois en laboratoire, et dans des conditions naturelles, comme dans les eaux industrielles brutes.

Sans danger

 

L’absence de toxicité, pathogénicité et d’écotoxicité de Willaertia magna C2c Maky lui permet d’être classée sans classe de danger (ni risques physiques, ni risques pour la santé humaine et animale, ni risques environnementaux) selon le règlement (CE) n° 1272/2008 sur la classification, l’étiquetage et l’emballage des substances et des mélanges (CLP).