Dernièrement…

Suite à la troisième campagne de tests, Jean-Luc SOUCHE, Business developper #biocontrôle chez #Amoéba, nous guide à travers les parcelles d'un essai sur #vigne réalisé en #Italie dans le Piémont et nous en présente les résultats. https://youtu.be/bLotwdItqw8

À travers ce témoignage réalisé par @IBMAfrance, Edouard Billard nous présente son parcours et ses expériences autour du #biocontrôle. Un exemple de réussite sur les exploitations de grandes cultures.
https://bit.ly/3huvKvE

📣 Communiqué de presse : https://bit.ly/3khZn4c
#Amoéba $ALMIB annonce les résultats de sa 2ème campagne d’essais sur #céréales. Ils confirment l’efficacité des formulations de #biocontrôle contre les principales maladies des céréales, le plus grand marché fongicide d’#Europe.

📣 Communiqué de presse : https://bit.ly/374igkS
#Amoéba $ALMIB annonce les résultats de la troisième campagne d’essais au champ contre le #mildiou et #oïdium de la #vigne de sa solution de #biocontrôle, dans une très forte année à Mildiou.

Micro-organisme novateur

Willaertia magna C2c Maky

Fiche d'identité

  • Nom commun

    Willaertia magna C2c Maky

  • Genre

    Willaertia

  • Espèce

    Willaertia magna

  • Première description réalisée

    Jonckheere et al. en 1984

  • Souche

    W. magna C2c Maky (forme sauvage)

  • Origine

    Eaux thermales d'Aix-Les-Bains

Un micro-organisme d'origine hydrique

 

Découverte dans les eaux thermales d’Aix-Les-Bains (France) en 1998 par le professeur Pernin, cette amibe est un prédateur naturel de micro-organismes d’origine hydrique (dont les bactéries pathogènes opportunistes telles que : Legionella, Pseudomonas, Listeria, Klebsiella, etc…).

 

Amoéba a démontré un effet biocide de Willaertia magna C2c Maky sur plus de 50 souches différentes à ce jour.

 

Sa particularité

Non permissive

Les amibes puisent la base de leur propriété biocide dans leur mode de vie : elles utilisent la phagocytose pour se nourrir, un mécanisme permettant aux cellules d’internaliser et de digérer des particules et des micro-organismes. Cependant, il existe un groupe de bactéries appelées ARB, pour Amoeba Resistant Bacteria comme les légionelles, capables de détourner la machinerie cellulaire des amibes et de s’en servir pour se multiplier à l’intérieur de leurs vésicules. On dit alors que ces amibes sont permissives. La souche Willaertia magna C2c Maky se comporte très différemment, elle n’est pas permissive et elle empêche les bactéries internalisées de se multiplier. Cette propriété est justement à l’origine de la robustesse et de l’efficacité de son effet biocide.

 

Régulatrice

Willaertia magna C2c Maky est également capable d’internaliser et d’éliminer par phagocytose des vecteurs de la Legionella pneumophila, telles que les amibes libres permissives. En effet, cette capacité de Willaertia magna C2c Maky d’internaliser et d’éliminer d’autres amibes libres, a été démontrée à la fois en laboratoire, et dans des conditions naturelles, comme dans les eaux industrielles brutes.

Sans danger

 

L’absence de toxicité, pathogénicité et d’écotoxicité de Willaertia magna C2c Maky lui permet d’être classée sans classe de danger (ni risques physiques, ni risques pour la santé humaine et animale, ni risques environnementaux) selon le règlement (CE) n° 1272/2008 sur la classification, l’étiquetage et l’emballage des substances et des mélanges (CLP).